La porte des étoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Zoé Leroy
Médecin
Médecin
avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 09/07/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal-chef / 95
Age du perso: 28 ans

MessageSujet: Re: Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]   Mar 1 Déc 2009 - 23:15

Travailler pour l'armée avait habitué à Zoé à définir rapidement les éventuelles menaces avant d'agir. Depuis, elle en avait identifié des dizaines. Soldats ennemis, menace d'éboulement, explosions, tirs ... Cette menace là, elle n'avait jamais eu à l'identifier, elle ne l'avait jamais envisagé comme plausible ou réelle. Cependant, les faits étaient là, inéluctables, le canon pointé vers elle n'était pas une marque de folie ou de n'importe quelle réaction détachée de la réalité.

Lewellyn la maintenait en joue.

Que pouvait-elle réellement faire d'autre que de le regarder, bouche bée, les yeux écarquillés ? Elle n'avait même pas envie de croire à un mauvais rêve, elle était bien trop certaine d'être dans la réalité pour oser espérer que le sommeil ait quelconque emprise sur elle. Il lui cria dessus, elle ne comprit pas les mots qu'il employait. Elle savait déjà que dans de longues semaines, elle rêverait encore de la haine qui brûlait les iris de Lewellyn.

Puis le temps se remit à tourner. Zoé avait l'impression d'entendre le cliquetis de la trotteuse de sa montre à chaque pas qu'elle faisait en avant. Il était déroutant de se demander, à chaque seconde passée, si c'était la dernière qu'on devait vivre, de s'attendre à sursauter après un coup de feu auquel s'ensuivrait la douleur et peut-être même la mort, tout simplement. Zoé était paralysée face au danger alors qu'elle avait toujours eu l'habitude d'en retirer son adrénaline pour faire ce qu'elle avait à faire. Mais il ne s'agissait pas de la vie d'autrui à sauver, pas cette fois. Et cruellement, elle se savait incapable de se mettre à l'abri.

Quand la trotteuse sonna la minute complète, Lewellyn bougea enfin, pour s'écrouler. Les larmes reprirent leurs droits sur sa folie passagère. Les iris bleues de Zoé suivirent lentement la chute de l'arme à feu vers le sol et elle ne se détendit que lorsque le bruit sourd qu'elle fit en cognant le sol lui parvint aux oreilles. La seulement, elle ferma les yeux pour tenter de reprendre ses esprits et chercher à comprendre ... Les excuses emplirent ses oreilles puis l'au revoir. Bizarrement, Zoé ne fut pas surprise.

Quand elle rouvrit les yeux, elle n'esquissa pas un geste.

"Alors quoi ? Toi, tu peux te permettre de nous quitter mais nous, non ?"

Sa propre voix lui parut plate et dénuée de sentiments, comme morte. Elle avait l'impression d'être enfermée dans son corps et de voir quelqu'un d'autre le manier. Hurler ne servait à rien.

Elle riva ses yeux sur ceux de Lewellyn alors que la trotteuse semblait être de retour pour jouer avec ses nerfs.

"Tu imagines ce que tu me ferais en appuyant ? C'est ce que je t'inspire ? Un canon pointé en ma direction puis un adieu pur et simple ? Tu me juges donc si inapte à recevoir ton amour ou à apprécier ta compagnie ?"

Le froid prenait part d'elle, balayant la peur. Elle était en train de mourir, elle le savait. Sa vie ne tenait qu'à un fil. A un centimètre. A une balle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewellyn Drogon
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 10535
Age : 43
Date d'inscription : 15/01/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG1 Leader
Grade / Niveau: Adjudant / 217
Age du perso: 31 ans

MessageSujet: Re: Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]   Mer 2 Déc 2009 - 18:05

Zoé prenait les évènements avec un calme et une logique impressionnante qui seyaient admirablement à une doctoresse de son niveau et justifiait grandement son affectation à un programme comme celui de la porte des étoiles !

« Alors quoi ? Toi, tu peux te permettre de nous quitter mais nous, non ? »

Elle avait lâché la question qui bloqua l'index du scientifique dérouté plus facilement que toutes les armes ou tentatives physiques existantes !


* Elle n'a pas tord... mais si je lui fais du mal...
Silence, appuie imbécile, ou tue-là !
Non, je ne peux pas... *


Il était en proie aux doutes et à l'incompréhension totale de ses propres pensées et gestes... Il était perdu comme jamais il ne l'avait été, et aussi enragé que désespéré.
Sans réellement attendre d'avantage, elle ajouta :

« Tu imagines ce que tu me ferais en appuyant ? C'est ce que je t'inspire ? Un canon pointé en ma direction puis un adieu pur et simple ? Tu me juges donc si inapte à recevoir ton amour ou à apprécier ta compagnie ? »

Elle était si intelligente, si réfléchie... Il l'aimait tant pour ça, comme pour le reste ! Sheyffi était plus impulsive, plus animale... toutes les deux se complétaient à la perfection !
Comment réagir, que faire ? Il ne pouvait pas la décevoir ! Mais il ne pouvait pas non plus risquer de la blesser, ou pire !Ses yeux se redressèrent et croisèrent ceux de la belle médecin qu'il n'espérait que voir combler son cœur d'artichaut...
Elle était si déterminée, si sûr d'elle... Elle avait parfaitement raison, mais la raison de Lewellyn n'avait plus réellement court, son esprit était torturé par tant d'évènements, de faits passés et présents, et complètement perdu dans l'incompréhension de sa perte totale de contrôle.

Il baissa à nouveau les yeux sur son arme, la sortant lentement de sa bouche sans pour autant ôter le doigt de sur la gâchette. Sa bouche restait béante alors qu'il contemplait ce qu'il avait dans sa main, incapable de parler pour le moment, s'interrogeant sur ce qu'il allait faire et craignant de perdre le pistolet des yeux, ce qui pourrait peut-être lui faire reperdre le contrôle de son corps.
Il lutta alors contre son propre esprit pour y porter sa seconde main avec laquelle il appuya sur l'éjecteur, ce qui fit tomber le chargeur au sol, ne laissant plus dès lors qu'une seule balle engagée dans le canon de son P99AS. Il le prit alors par celui-ci et le tandis vers Zoé, gardant toujours le trou dans sa propre direction, à genoux devant elle en lui offrant toute autre chose que ce qu'il aurait aimé lui donner dans telle posture.

Sa bouche se referma alors lentement et il tenta d'articuler quelques mots, avec grand peine toutefois :


« Garde moi... en joug !
Je ne... veux... pas te... blesser... Peur... te tuer...
Malade... Ça ne... va pas !
Docteur Gallen ! Mène moi... à elle... et attache moi... »


Toujours aussi lentement, il porta sa main à sa poche pour en sortir son foulard qu'il enroula autour d'un de ses poignets avant de se relever et de lui tourner le dos pour lui tendre ses poignets dans son dos.
Il n'avait pas le choix, il devait se résoudre à demander de l'aide. Il avait sans doute perdu toute chance qu'elle accepte un jour à nouveau de le revoir. Peut-être même allait-elle demander à ce qu'il soit virer du programme. Après tout, il le méritait bien pour un tel geste sans logique ni explication apparente. Tout cela ne lui ressemblait guère. Il était devenu fou, il en était persuadé... et seule une incarcération et un suivi médical poussé pouvait lui donner une chance de ne plus jamais attenter à la vie de quelqu'un lui étant cher...

Maintenant, Zoé avait le choix : lui obéir, le tuer pour se protéger, ou l'abandonner ici à son sort en lui tournant le dos à son tour, comme l'avait fait Sheyffi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hclbio.net/
Zoé Leroy
Médecin
Médecin
avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 09/07/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal-chef / 95
Age du perso: 28 ans

MessageSujet: Re: Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]   Jeu 3 Déc 2009 - 23:39

On se fait une belle idée de ce genre de situation. La lâcheté du suicide est souvent remplacée dans les têtes par le désespoir. Tout n'est que fuite. La recherche d'un ailleurs qui offrirait de nouvelles possibilités, plus de bonheur, n'est qu'illusoire. La vie est cruelle. Tout le monde en arrive aux même conclusions. La mort, synonyme d'extinction, d'absence, a une sonorité plus paisible. Ce sont les lâches qui arrêtent de se battre pour se réfugier dans l'absence de ressentis. Abandonner ne faisait pas partie des projets de Zoé, abandonner était quelque chose qu'elle se refusait de faire. Elle était persuadée qu'il en était de même pour Lewel.

Mais face à une telle situation, toutes vos certitudes s'effondrent.

Tous les films qui mettent ce genre de choses en scène, l'opinion publique, en elle-même, tout porte à croire que dans ces instants, les personnes à la place de Zoé ont une conscience aiguë de ce qu'il se passe en face d'eux. Tout porte à croire qu'ils savent que le moindre mot de travers peut provoquer la fin d'une vie. Mais c'est faux. La sublimation que l'espèce humaine aime porter à de nombreux actes est encore une fois coupable de cette idée reçue. Zoé n'avait conscience de rien. Tout était là, pourtant, le pistolet, dont le canon, si proche du palais de Lewellyn, pouvait cracher à n'importe quel moment le dernier gong dans la vie du scientifique, les larmes ... Mais ce n'était pas une voix suppliante qui traversait les lèvres de Zoé, la sienne était absente, morte ... Comment la conscience peut-elle être possible dans ces instants ? Comment croire à une telle image ? Chaque grande histoire est censée ne pas avoir de fin, non ? Tout le monde peut y errer à sa guise, revivre sans cesse les péripéties ... Comment se dire clairement alors que c'est ici que tout se termine ?

Plus de retour possible, elle était prisonnière.

Même les centimètres que Lewel commençait à mettre entre l'arme et sa bouche ne la libérèrent pas. Au contraire, elle était oppressée, sans cesse un peu plus. Dressée de toute sa hauteur devant Lewellyn, elle accepta sans rien dire ou relever le chargeur qu'il lui présentait. Vint l'arme. Sans détourner son regard de celui de Lewellyn, elle tira sur le côté et jeta l'objet froid par terre.

Il la supplia, pleura beaucoup, bafouilla mais elle ne bougea pas. Il se mit dos à elle, lui tendant ses poignets, prêt à être lié. D'un geste sec, elle retira le foulard. Puisque ce cauchemar ne semblait pas vouloir prendre fin, elle aurait au moins le plaisir d'y faire ce qu'elle souhaite, d'avoir ne serait-ce qu'une once de contrôle.

Elle passa son bras autour de celui de Lewellyn et s'efforça de l'aider à marcher du mieux qu'elle pouvait. Sans ciller malgré le poids du grand scientifique, elle commença à marcher en direction du SGC, du bureau du Docteur Gallen, plus précisément, entraînant avec elle sa folie personnelle. A aucun moment elle n'eut l'impression de traverser un mur, une barrière invisible qui disait "ici tu retournes dans le monde réel". A chaque pas, elle recherchait une sensation de froid, comme celle qui accompagnait chaque traversée de la Porte. Il fallait qu'elle change de monde, celui-ci n'était plus aussi logique qu'avant. Elle n'était pas sûre de l'aimer encore.

Mais elle, elle n'allait pas chercher à fuir.

[Edit Roxanne]

Cabinet de psychologie (RG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Juste une mise au point [Zoé, Lewellyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Extérieur du SGC :: Alentours du SGC :: Bois et collines-