La porte des étoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Ven 11 Juin 2010 - 18:15

Quartiers des membres du sgc Arrow

Chad était sorti des quartiers de Bob Caretti il y a tout juste peine quelques minutes, qu'il était déjà dans le vestiaire masculin pour se changer. Le service du soldat de première classe venant de s'achever et il va de soit qu'il préférait sortir de cette base que de rester emmuré dans cet endroit. Non pas que le SGC était une prison, mais il faut dire que le fait d'être coupé du monde extérieur une bonne partir de la journée, infligeait un certain coup au moral.

Et encore, Chad n'est pas à plaindre, lui qui vient de revenir des Etats-Unis il y a seulement quelques jours. Seul les plus hauts gradés de la base connaissaient la raison du départ de Jackson et encore, seulement les seconds du général. En ouvrant son casier, plusieurs photos étaient présentes, mais le militaire n'y prêtait même pas attention, il évitait seulement les regards indiscret et donc, par la même occasion, les questions gênantes.

Retirant peu à peu ses fringues pour les mettre dans son casier, il se dirigea vers les douches avant de revenir quelques minutes plus tard, se sécher et enfin s'habiller de manière décontracté. Un style des plus banales, avec un polo blanc retroussé jusqu'au niveau des coudes, un jean noir et des converses basses de la même couleur. En somme, il avait abandonné son style de racaille bling-bling avec chaînes et jean large, qui ne serais probablement pas vraiment accepté dans la base.

Chad referma son casier après qu'il est pris quelques euros, après tout, il n'y avait pas grand-chose à acheter dans le coin. Après quelques instants de marche, le soldat finit par se retrouver à l'extérieur de la base. Arrivant sur l'entrée du tunnel taillé dans la roche, il se dirigea vers l'entrée avant de se diriger vers le village voisin de Saint Faycelles, à pied, n'ayant pas de moyen de transport. Et n'ayant aucun lien avec les autres membres de la base, il était contraint de faire ses déplacements sans moyens de locomotion.

Au bout d'une bonne demi-heure il arriva devant un bar du village, peut-être le seul... ou pas. Il n'avait jamais sorti son nez bien loin du SGC avant, Chad n'était pas du pays après tout. Peut-être, car il n'était pas habitué aux coutumes locales. En tout cas, le militaire anglophone avait tout à apprendre de ce pays, plus particulièrement de cette région qu'est "Massif central". Un nom qu'il avait du mal à retenir, plus habitué à Californie, Louisiane ou autres régions en un mot unique.

Pour en revenir à l'instant présent, Chad ne prêta aucune attention à l'enseigne, il reconnu seulement le mot "Bar" qui était on ne peut plus courant dans son pays natale. Jackson étant désormais habillé en civile, il n'était plus considéré comme un militaire et le projet classé confidentiel n'arrangeait pas les choses. Il aurait bien voulu crier sur les toits qu'il faisait désormais partit d'un projet incroyable, mais secret militaire oblige, il ne parlera pas. Regardant tour à tour les personnes présentes à son arrivée, il fut convié par le barman de venir s'asseoir.


- Venez mon ami !. Qu'est-ce que je vous sers ?.

Chad s'avançât alors vers le comptoir en regardant autour de lui s'il n'y avait pas de pancarte indiquant ce que cet endroit servait. Ce fut en regardant derrière lui qu'il vit un panneau noir posé sur le trottoir. Ce fut donc dans un français... légèrement dégueulasse, avec un accent pourris, qu'il lui répondit.

- Donnez-moi votre... spécialité local.

Le barman se mit alors à rire derrière son comptoir suite à la remarque de Chad, qui venait sans le savoir, commandé de Alcool de gentiane, de l'eau de vie.

- Haha !. Lui s'est un homme, un vrai !. Pas comme vous bande de chenapan !.

Continuant de rire, seul, le barman se retourna pour préparer la commande du seul black présent. Ce dernier regarda autour de lui, se faisait relooké du regard par certains, d'autres s'en foutant royalement, Chad n'avait pas de soucis à se faire quant à sa couleur de peau. Lui qui était plus habitué a traîné seulement avec des "negros" dans son état de Californie, il était légèrement dépaysé. Enfin bon, le SGC l'avait déjà habitué à vivre avec qui que ce soit et ce peu importe leur couleur, leur croyance ou leur conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Ven 11 Juin 2010 - 22:01

Avant les missions d'avril

Arrow SGC

Si pour une fois je m'étais éloignée de la base, enfin pas réellement, j'étais restée à saint faycelles, et cette fois, même si je ne m'inquiétais pas pour ce gars qui tentait de me recruter, j'avais pris soin de prendre mon coup, dissimulé à la ceinture de mon jean, caché par un t-shirt relativement long, cette fois si il tentait de me menacer, il aurait quelques surprises. Enfin je me doutais qu'il était assez stupide pour s'attaquer à un membre de la maison à deux pas du bercail, mais je préférais être prudente. Je garais même pas voiture devant le bar, où je profitais de mon temps libre avant les prochaines missions, ce n'était pas tous les jours que la tranquillité régnait, et j'avais déjà assez donné avec les entrainements, d'ailleurs ça avait eu le don de me foutre dans une rogne pas possible, le dernier s'étant sentit obligé de déclenché une bagarre. Enfin il avait eut un aperçu de ce que pouvait lui coûter ce genre de comportement, avec un peu de chance, il avait comprit la leçon.

Assise au bar, je répondais à mes mails sur mon téléphone portable en sirotant un chocolat chaud liégeois. Pour le moment, j'étais la seule du SGC, c'était évident, il faut dire que l'on faisait tache par rapport aux habitants de saint Faycelles, c'était deux mondes différents qui avaient appris à se côtoyer et à vivre ensemble sans poser de questions. Au début ça n'avait pas été simple, essayant d'en apprendre plus sur ma personnes, beaucoup avaient essayer la discussion cordiale, mais depuis plus d'un an et demi, ils s'étaient habitués à mon silence constant. Lorsque la porte fut poussé, je ne bougeais pas la tête, avant de voir un jeune homme à l'accent merdique s'approcher du bar. Tiens un collègue, facile à deviner qu'est ce qu'un ricain foutrait ici ? Du tourisme? Laissez moi rire, nous étions au milieu de nul part. Écoutant d'une oreille discrète, je me retins de rigoler lorsqu'il commanda la spécialité de la maison, il n'allait pas être déçu, et son estomac s'en souviendrait, mais après tout on apprenait de nos erreurs. Je l'observais tout de même, je l'avais sans doute déjà croiser au détour d'un couloir, mais je n'avais pas le don de faire attention aux personnes que je croisais, j'avais suffisamment de problème comme ça. Son accent me rappelait inévitablement Adam, et pourtant celui ci avait un français parfait, mais allez comprendre notre cerveau, surtout le mien qui avait tendance à être pas mal malmené depuis mon entrée au SGC. Pour une fois, je sortis de ma léthargie, affichant un petit sourire moqueur.

"Tu vas le regretter, c'est du genre fort, tu vas avoir mal à l'estomac, ici ils sont habitués."

Tout comme moi, cet homme était habitué en civil, mais difficile de s'y tromper, un militaire, mais tout de même, être un dur ne laissait en rien présager une digestion facile de cet horrible breuvage. En silence je pris une gorgée de mon chocolat chez bouillant avant de nouveau m'intéresser au jeune homme. Pas besoin de préciser que j'étais du SGC, je ne lui ferais pas l'affront de le croire assez stupide pour ne pas le deviner et si ici tout le monde savait que nous étions militaire, je préférais tout de même taire mon grade, plus par habitude, dans ce genre d'endroit on n'aime pas forcément les militaires.

"Rakel Peleonor. Tu es en France depuis peu de temps, non?"

Je le ne regardais pas spécialement le militaire, j'en avais appris bien assez en un simple regard. Se sentir épier n'était pas la meilleure façon de se sentir à l'aise, surtout que les habitués s'en occupaient à ma place, il faut dire qu'il était rare que j'adresse la parole à d'autres personnes que ceux qu'ils avaient l'habitude de voir en ma compagnie.

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Sam 12 Juin 2010 - 3:19

Alors que Chad venais d'annoncer sa commande, une femme à côté de lui le mit en garde concernant cette boisson forte, qui lui retournerait l'estomac certainement. Le soldat la regarda quelques secondes avant d'entendre un vers se poser devant lui. Tournant donc le regard vers "la spécialité locale" avant de prendre le récipient avec sa main droite et d'entamer sa première gorgé.

Au même moment la femme se présenta, elle s'appelait Rakel Peleonor. Alors que Chad venait d'entamer sa première gorgé, il fit un mouvement brusque en arrière avant de relâcher le vers et se tenir le nez avec ses deux mains, manquant de tout recraché par les narines. Chad s'empressa alors de chercher une éventuel porte avec marquer "Toilette" dessus. Bien souvent s'y trouvait un lavabo et l'américain en aurait bien besoin pour nettoyer légèrement ses fringues et ce foutre de l'eau sur la tronche.

S'éclipsant sous les rires moqueurs vers les chiottes, le militaire se sentait vraiment mal à l'aise. Mais désormais il savait a quoi s'attendre. C.J avait demandé la spécialité local afin de mieux s'imprégner de la culture des lieux et en fin de compte le diabolo menthe du SGC était largement meilleurs. Sans surprise, la principale raison qui fit recraché le liquide contenu dans la bouche du jeune homme était le gout de cette boisson, qui était pour le moins forte. En somme, une boisson d'Homme.

Maintenant que Chad avait recraché le contenu dans levier, il tourna le robinet d'eau chaude et d'eau froide presque simultanément afin d'avoir de l'eau tiède. Il pris alors un sopalin avec sa main droite sur le présentoir et le passa sous l'épais filament d'eau avant de frotter son polo blanc. Il ne restait plus qu'à espérer que la tâche se barre une fois fois de retour au SGC. Se mettant un coup d'eau sur le visage, il finit par ressortir de la pièce après plusieurs minutes, les rires s'étant calmé.

L'autre raison, celle un peu plus moins drôle, était qu'il était sans le savoir à côté d'un Major du projet militaire auquel il était affecté, surtout qu'il en avait parlé peu avant par la recrue du nom de Bob Caretti. Elle avait été son instructeur pour son test d'admission au SGC. Et par son grade elle inspirait automatiquement le respect, bien que le salut soit déconseillé en dehors de la base. La hiérarchie militaire n'avait peut-être pas lieu ici, mais Chad ne s'adresserait pas à un officier de l'armée comme s'il s'agissait d'un "ami", ou plutôt "amie" dans les conditions actuels.


- Enchanté mademoiselle Peleonor . Appelez-moi C.J (se prononce "sidjey" ^^).

Chad lui tendit alors la main droite, qui était désormais presque totalement sèche. Derrière son sourire, dévoilant ses dents du bonheur, plus ou moins forcé, il était gêné d'être en compagnie de Rakel, sans pour autant en avoir peur. Il n'avait pas de raison de la craindre à l'extérieur du SGC après tout, il se contentait simplement de rendre l'atmosphère moins oppressante et plus convivial.

- Oui, je suis en France depuis peu. Je suis un... amerloque.

Il ne savait pas trop ce que signifiait ce mot, qu'il confondait avec "Américain". Et puis pas le temps de s'attarder sur les détails, Chad était la depuis un bon moment, mais il s'était seulement absenter plusieurs mois avant de revenir au sein du projet. Ils n'étaient pas vraiment dans un lieu approprié pour parler de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Dim 13 Juin 2010 - 0:23

Le jeune homme à côté de moi ne semblait pas vouloir entendre raison, mais ça ne me dérangeait pas une seule seconde, ce n'était pas moins qui allait jouer le remake des bronzés font du ski, aucune culture les américains. Il faut dire qu'il allait avoir une sacré surprise, et observant son verre posé en face de lui, je commençais à me dire que nous allions louper un moment épique lorsqu'il attrapa le verre et prit une gorgée. Je crus exploser de rire, mais je gardais mon sérieux le temps de me présenter mais comme toutes les personnes du bar, je ne pu m'empêcher de rire lorsqu'il manqua de s'étouffer. Le regardant s'éclipser, je ne pouvais m'empêcher des cerises à l'eau de vie que mon père m'avait fait goûter enfant, rien que ce souvenir me faisait comprendre la raison de la réaction de Chad. Lorsqu'il revint j'avais cessé de rire, et m'occupait de nouveau du contenu de mon bol, je ne buvais jamais ou presque d'alcool, ça évitait ce genre de désagrément. L'attention de chacun était retombé sur leurs petites occupations lorsque Chad sortit des toilettes, et alors qu'il reprit sa place à côté de moi se présentant, je commandais pour lui :

"Une bière, et arrête d'essayer de tuer mes collègues, il faudrait que je justifie ça au patron, il n'appréciera pas."

Le patron rit un bon coup, même si je ne plaisantais pas vraiment je connaissais trop le patron pour ça, avant de servir une bière pression au fameux CJ. Mais il était clair que ma réputation et mon nom me devançait, étant donné que CJ se mit au devoir de me vouvoyer alors que j'étais plus jeune que lui. Poussant un soupire, je pris une longue gorgée de chocolat chaud, vidant mon bol et réclamant un verre d'eau. Serrant sa main j'ajoutais simplement une condition, essayant d'oublier la base quelques instants, ça serait bien que tout le monde joue le jeu à mes yeux.

"Seulement si tu arrête de me vouvoyer, j'ai pas quarante piges et je ne porte pas mon uniforme. J'ai aussi déjà manger à midi je risque pas de te bouffer."

Et sincèrement j'étais plutôt fatiguée, la tension actuelle combiné aux entraînements ne laissaient que peu de temps à la détente malheureusement fallait il encore se détendre dans ce coin paumé se qui n'était pas chose simple on ne pouvait pas dire que les activités se bousculaient, je regrettais Paris.

"J'avais reconnu l'accent. Quel coin? Remarque tu dois goûter au calme et à l'ennuie de saint Faycelles, enfin on s'y fait."

Là je n'arrivais pas à me convaincre moi même, c'était d'ailleurs pour ça que je m'étais attirée des ennuies en me baladant à Toulouse, enfin maintenant j'avais de quoi penser, la plus par du temps c'était la seule activité ici, c'était sans doute pour ça que la moitié des membres de la base devenait fou. Revenant à nos moutons, je reportais une nouvelle fois mon attention sur Chad.

"Je crois que je donnerais tout ce que j'ai pour des vacances en Californie, un peu de soleil ferait du bien."

Je souriais, plus pour moi qu'à Chad, mais imaginer ce genre de permission était du pur rêve.

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Dim 13 Juin 2010 - 13:40

Rakel commanda alors une bière, en réclament que le patron du bar cesse de tuer ses collègues. Chad, lui, regardait ce dernier avec un air méfiant, comme s'il avait tenté d'empoisonné le militaire ou un truc du genre, il n'avait pas vraiment compris l'expression de sa voisine, la prenant au sérieux. Puis une bière pression arriva devant C.J, avec quelques rires venant de l'homme en face de lui. Puis la jeune femme serra la main du marines en ajoutant qu'il devait arrêter de la vouvoyer, entre autre, car ils n'étaient pas à la base. Peut-être en avait-elle marre qu'on la traite différemment des autres ? Qui sait. Puis elle affirma avoir reconnu l'accent de C.J, lui demanda de quel région il venait.

- Le... coins d'où je viens est Compton. Il regarda alors Rakel avant de reprendre. - En Californie...

Compton, la ville des gangs à Los Angeles. Les Crips et les Bloodz, les deux riveaux et par la même occasion, les plus grands des Etats-Unis se partageaient le quartier, ou bon nombre de fusillade éclataient, comme on peu s'en douté. Ce fut d'ailleurs lors de l'une d'entre elle qu'il aurait cette cicatrice, dissimulé sous son polo blanc, toute sa vie. Puis elle lui avoua qu'elle ferait tout pour avoir des vacances sous le soleil de Californie. Ce qui fit sourire celui que l'on appelait "cookie", surnom donné par une certaine Micka' Strucker.

En temps normal, C.J aurait profité de cette occasion pour draguer la jeune femme à côté de lui en lui proposant de l'emmener dans cette région et autres belles paroles, vu qu'il avait eu une permission il y a peu de temps, mais il ne pouvait oublier le grade de sa voisine si facilement. Et même si l'on était éloigné de la base, le respect de Chad n'en était pas pour le moins descendu envers le Major, très jeune pour un tel grade soit dit en passant. Ce qui ne pouvait que confirmer qu'elle était très forte dans son domaine, alors qu'attendre un tel rang, si vite, était tout simplement impossible.


Elle fit un sourire suite à ses mots, tout comme Chad. Rakel avait une chance sur un million de tomber sur un des seuls américains venant de Californie et elle l'avait trouvé dans ce village. Saint Faycelles, endroit jugé calme et par la même occasion ennuyeux, par le Major peu avant. Mais le fait est, que l'on y faisait de bonnes relations. Rakel ne lui aurait pas adressé la parole au sein du SGC, pourquoi un gradé se lierait-il d'amitié avec un simple soldat. Enfin, pour le moment ils ne faisaient que parlé.

- Dites... dit-moi. Chad fixa quelques instant son vers avant de reprendre. - Non, rien.

Il faut dire qu'ils étaient dans un endroit ou les discussions étaient pour le moins restreintes. C.J espérait que Rakel trouve les mots juste pour relancer une discution. Déjà qu'il n'était pas d'ici, il ne savait vraiment que dire. Chad, lui, n'avait pas touché sa bière et se contentait de la regarder, puis le barman. Il n'avait plus réellement confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Lun 14 Juin 2010 - 23:44

Ah la Californie, j'en rêvais, le soleil, la plage, et loin, très loin de mes soucis. C'était dans ces instants là que je regrettais de ne plus être la fiancée d'Adam, et de ne plus pouvoir réclamer des vacances chez sa famille Américaine. Enfin c'était la vie, et je n'étais pas sûre que je serais si détendue que ça si je m'éloignais de cette base. Que je le voulais ou non, Mathieu me bouffait la moitié de mes pensées, et je savais trop bien se que la plus part des membres du SGC pensait de lui, même si c'était parfois tendu entre nous deux, pour mon plus grand malheur. Je devais gérer seule des sentiments que je ne comprenais pas et que j'avais du mal à accepter, ce n'était pas une chose facile, surtout pour quelqu'un comme moi d'ailleurs. Sans parler que la réponse de Chad venait de jeter un froid, je connaissais la réputation de Compton, même si je ne m'y étais jamais rendu. Laissant planer le silence quelques instants, je finis par reprendre la conversation, parler me permettait d'oublier de penser, aussi je m'y rattachais avec force :

"Les donuts resteront sans doute mon meilleur souvenir, mais il ne faut pas trop espérer, les vacances ne seront pas pour tout de suite, ce n'est pas le boulot qui manque."

C'était avec précaution que je parlais boulot, ça restait tout de même notre univers, je n'avais encore jamais pris de vacances depuis mon arrivée ici, et même si il y avait des jours tranquilles, je rêvais de plages et de soleil en compagnie de... Non en faites seule, l'amour n'apportait que des problèmes, je préférais encore ma solitude, quoi que je n'étais pas sûre que mon coeur soit en accord avec ma raison sur cette question. La personne en face de moi était agréable, plutôt sympa pour passer un peu le temps, mais je savais que dans quelques temps il me faudrait reprendre mon poste, et quoi que je dise, ça me bouffait, ce n'était pas si simple de rester indifférente.

Observant Chad ne touchant pas à son verre, je ne pu m'empêcher de sourire, j'avais oublié qu'il ne partageait pas l'humeur à la française, et Adam tenait plus des français que des Américains, il y avait donc de grandes chances pour qu'il m'aie prit au sérieux, comme si le patron avait une tête de tueur. J'allais lui signaler lorsqu'il reprit la parole mais finalement il se ravisa. Pendant un instant, je crus qu'il allait parler de Mathieu et de moi, la rumeur parcourait de long en large les couloirs de la base, mais étant donné qu'il s'était ravisé je préférais ne pas y penser.

"Tu peux boire tu sais, je plaisantais en disant qu'il avait essayé de te tuer, c'était de l'eau de vie, un alcool qui réveillerait un mort, je ne connais que peu de personnes qui arrivent à digérer ça."

Tournant à présent le dos au patron, j'observais à travers la fenêtre la montagne qui cachait le SGC.

"Tu es ici depuis longtemps? Ca doit te changer de Compton, déjà que je m'ennuie de la capitale, mais je ne suis pas forcément une référence, j'ai du mal à rester à ne rien faire. Au faites si je parle trop préviens moi, j'ai tendance à me laisser aller quand je ne suis pas au boulot, ça peut être chiant quand on cherche du calme."

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Mar 15 Juin 2010 - 1:37

Alors qu'un calme pesant commençait à régner entre les deux personnes, Rakel se mit à reprendre les devants et commença à parler étrangement de donuts. Pourquoi un tel souvenir ?. C'est d'ailleurs ce qui fit sourire l'amerloque, en pensants à ses petites choses, souvent de couleurs roses. Le Major disait que cela restait son meilleur souvenir, ajoutant qu'elle n'aura plus le temps d'y aller, car le boulot ne manquait pas, en parlant du SGC bien-sûr.

- Des donuts ?. Puis il la regarda. - La bouffe de flic est ton meilleur souvenir ?. Dit-il en riant légèrement.

Chad était souriant à l'encontre de la jeune femme, comme à son habitude d'ailleurs et ce avec n'importe qui. Il en avait même oublié qu'il s'adressait à un officié de l'armée de l'air, les deux personnes échangeaient leur souvenir, ce qui aidait beaucoup dans cette relation plus ou moins particulière, quand on entend les bruits de couloir concernant Rakel et vous savez qui. On ne pouvait pas encore parler de confiance, ils se connaissaient à peine, il s'entendait simplement bien, pour le moment.

Puis elle lui expliqua qu'il ne risquait rien, il pouvait boire sans pour autant en mourir. Apparemment, l'américain venait de boire ce que l'on appelle de l'eau de vie, un alcool que peu de personnes digérait. Chad devrait s'habitué à cet humour, il n'était plus dans son pays. Les petits délires entre nègros c'était terminé, les Français était différent. Il fallait respecter cela, mais C.J mettrait un certain temps pour s'y accoutumer.


- De l'humour à la française, hein ?.

Dit-il avec un sourire pendant que la jeune femme se retournait. Rakel lui demanda s'il était la depuis longtemps, ajoutant que cette région devait le changer de Compton, comme la capitale manquait à la jeune femme, en voulant parler sans doute de Paris. Elle désirait que Chad la prévienne si elle parlait trop, car elle s'emportait en dehors du boulot. Ce qui ne le dérangeait pas du tout.

- Non, Rakel. Continue de parler, aucun problème. Ce... bled me change vraiment, oui. Il prit quelques secondes de calme avant de reprendre. - Mais cette ville ne me manque pas du tout. Ce n'est pas un quartier pour touriste, comme vous devez le savoir...

Chad s'attendait d'ailleurs à toute autre réaction de Rakel quand il lui appris qu'il venait de cette ville de gangster. Bien souvent, cela suffisait à faire fuir les gens, au grand désarroi du marines. L'ancien Crips ne lui en avait rien dit, mais son passé était directement lié à l'histoire de cette ville, il faisait partie de ceux qui entretenaient la rumeur dans son enfance. Les fusillades, les gangs, les drogues, les putes et les morts, voilà ce que l'on retenait de Compton avant tout, l'image que le quartier donnait. Chad n'était pas très en vue au SGC, n'étant qu'un simple soldat, il n'était donc pas étonnant que Rakel ne connaisse rien de la vie de Chad, pourquoi s'intéresser à "plus faible" que sois. Et de toute manière, la vie de C.J était loin d'être rose.

- Je ne suis ici depuis peu de temps, je ne connaissais même pas cet endroit avant. Je venu ici depuis quelques mois, en mettant ma "pause" de côté. J'ai eu quelques... soucis familiaux.

La jeune femme ne lui avait pas posé la question, mais le fait que C.J parle de son passé à cette personne, qui était il y a près de une demi-heure, encore inconnue, le "vidait" un peu de sa préssion quotidienne. Chad emmagasinait ses soucis et les dévoilés pouvait-être quelques fois judicieux, avant d'exploser et de devenir complètement parano.

- Je... J'aime te parler, Rakel. Cela fait très longtemps que je n'ai pas parlé à une personne de cette manière. Je suis un peu comme toi sur un point, en dehors du boulot je vide quelque peu mon sac. Et moi aussi, je parle beaucoup.

Dit-il avec un sourire avant de prendre sa chope de bière et de boire pour la première fois ses premières gorgées sans problème, en ce lieue.


Dernière édition par Chad Jackson le Jeu 17 Juin 2010 - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Mer 16 Juin 2010 - 22:51

La réflexion de Chad me tira un rire, c'est vrai que vu comme ça, c'était plutôt étrange, mais c'était sans doute se qui titillait le moins de souvenir chez moi, et sans rire cette petite cochonnerie n'était pas mauvaise, du moins niveau goût. Rien à voir avec la nourriture du SGC, d'ailleurs je saturais, je croyais pourtant que l'être humain était capable de s'habituer à tout, mais visiblement, ce n'était pas réellement le cas, déjà que pour moi manger était plus une obligation qu'un plaisir, ça n'arrangeait pas grand chose.

"Ouais je sais ça peu paraitre bizarre, mais sérieusement ça fait 15 ans que je n'ai pas bouffé quelque chose de correct, mis à part les restau ou ce genre de connerie, ça ne compte pas. Sérieux, tu aurais goûté la cuisine de mon père, tu comprendrais, même le mess ressemble à un 4 étoiles à côté de ça, et ce n'est pas peu dire, je me demande se qu'ils rajoutent pour que tout soit si dégeu. Le donut c'est le nirvana."

Je riais, certes, mais je ne plaisantais qu'à peine, la transition entre la bonne cuisine de ma mère et les plats de mon père avait été dur, pourtant j'étais jeune et je m'en souviens encore, le traumatisme avait été profond. En tout cas, ça me faisait du bien de pouvoir parler comme ça sans complexe et surtout plaisanter un peu, chose plutôt rare au SGC, y compris lors de nos permissions. J'eus un petit sourire lorsqu'il me fit remarquer que c'était de l'humour à la française, il allait devoir s'y habituer, il côtoierait quasiment que des français ici.

"Il va falloir t'y faire."

Effectivement je savais que Compton n'avait rien du bled touristique, c'était plutôt le genre de lieu que l'on retrouvait dans GTA ou d'autres jeux vidéos violents. Rien à voir avec le quartier le plus chaud de France qui à côté se trouvait être une maison de poupée. La vie était très différente dans ces deux pays, tout comme les mentalités. Il s'agissait d'un privilège de pouvoir travailler avec des gens venant d'autres horizons, pouvoir échanger avec eux, du moins entre deux balades en enfer, l'avantage de Chad, c'est qu'il savait déjà que la méfiance devait être de tous les instants, un point positif pour toute personne passant la porte des étoiles. Haussant des épaules à sa remarque pour confirmer ses dires sur Compton, j'observais la pièce du regard avant de repporter mon attention sur Chad. Ca ne m'étonnait pas le moins du monde qu'il ne connaissait pas ce coin avant d'y être affecté, sincèrement c'était aussi mon cas, et pourtant j'étais née en France, nous nous trouvions dans le trou du cul du monde, il n'y avait pas d'autres expressions.

"Sans rire, je connaissais pas moi non plus, j'ai même pensé qu'il s'agissait d'une blague au début, mais on oublie vite ça au profit du boulot, d'ailleurs quand on taff ça ne nous parait pas si pommer que ça, c'est juste quand on espère se faire un cinéma ou sortir un peu. Tu as une voiture j'espère? Sinon tu vas galérer, le moindre truc se trouve à des kilomètres du village."

C'était plutôt désagréable de devoir prendre la voiture pour tout faire, et surtout de devoir rouler pendant des heures, mais bon, il était clair que la base se devait d'être éloignée du public, pour de nombreuses raisons plus qu'évidentes. Je fus plutôt étonnée que Chad me révèle les raisons de son absence, après tout ça ne me regardait pas le moins du monde.

"Je comprends, la famille c'est pas toujours simple."

Je savais parfaitement de quoi je parlais, et plus que je ne l'aurais souhaité. J'accueillis le compliment de Chad avec un sourire, ce genre de complicité avec un autre membre de la base était plutôt rare pour moi, mais tout de même appréciable surtout pour chasser un peu mes problèmes de mon esprit.

"Bah pour une fois que quelqu'un ne part pas en courant dès qu'il m'aperçoit, j'en profite, les gens se méfient de moi. Je ne peux pas dire que ça soit réellement à tord, mais bon ça fait du bien de pouvoir parler librement, notre boulot est déjà bien assez stressant comme ça."

Je poussais un léger soupire, difficile de de dire si il s'agissait de lassitude, ou simplement de fatigue.

"Et puis c'est toujours pratique d'avoir des connaissances qui vivent à l'étranger ça fait un endroit à squatter pour les vacances."

Je riais doucement, plutôt détendu par rapport à d'habitude.

[HRP tu passe du tu au vous Razz ]

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Jeu 17 Juin 2010 - 14:24

[Hrp: Heu... ouai, bah... j'vais arranger ça Razz. Merci d'avoir prévenue Wink]

Et bien donc, cela faisait 15 années qu'elle n'avait pas mangé de la bonne nourriture. A croire qu'elle était bien nourrie seulement quand elle était en bas âge. Selon ses dires, son père était loin d'être un cuisinier laissant le mess du SGC comparable à un quatre étoiles à côté. Ce qui laisse légèrement pensé à la qualité de la nourriture de son paternel. Elle ajouta que les donuts était comme le nirvana et encore une fois, Chad chercha dans sa tête un sens à cette expression.

- Donut... Nirvana. Dit-il en regardant sa bière avant de reprendre. - Je ne vois pas le rapport entre ses deux choses. Vous voulez dire qu'il n'y a pas meilleur c'est sa ?.

De son côté, Chad était content d'avoir réussi à faire sourire la jeune femme. Non pas qu'il s'intéressait de loin ou de près à Rakel, mais il se savait que les rumeurs allaient de bons trains à la base. Et peu importe à côté de qui il était assis, lui-même aimerait qu'on lui parle d'autre chose à la place de Peleonor, il était donc normal qu'il essaye de lui faire oublié cet foutu complexe. Pour le moment, ce n'était pas très réussi, mais au moins elle aura pu dégager un peu ce qu'elle a sur la conscience. Puis comme le soldat le pensait, Rakel lui dit qu'il devrait s'habituer à cet humour "à la française".

Puis elle lui dit qu'elle aussi ne connaissais pas ce coin, ce qui lui sembla étrange, il aurait voulu lui dire "tu ne connais pas ton pays ?", mais lui aussi ne connaissais pas tous les bleds du sien. Réfléchir avant de parler, voilà ce que l'on lui avait appris plus jeune. Ce qui évitait un bon nombre de connerie, ou de choses à ne pas dire devant les autres. Elle lui demanda s'il possédait une voiture, dans le cas contraire il en chierait pour se déplacer, car selon elle, les choses intéressantes se trouvaient à des kilomètres de Saint Faycelles.

- Je n'ai pas de véhicule, non.

Les gens se méfie de Rakel et elle le savait, même si Chad n'était pas au courant au même point que la plupart des autres membres de la base, il n'oubliait pas certains dires. Elle avoua que si les gens l'évitaient ce n'était pas à tord et le soldat ne s'attendait pas à une telle proportion de la chose. Il y avait donc une raison qui dérangeait beaucoup les membres du SGC.

- Peut-être, car ce "quelqu'un" n'est pas au courant de tout au sujet de son interlocutrice. Mais peu importe avec qui je parle, l'opinion de cette personne et ses convictions, je continuerais de faire ce que l'on me demande.

Des dires qui plomberaient sans doute l'ambiance entre les deux personnes, même si Rakel devait se douter que C.J n'était pas un ignorant, enfin pas complètement. Et quand il disait qu'il suivrait et ferait ce qu'on lui demande, il parlait bien entendu des ordres, qu'ils proviennent de Peleonor ou non. Chad n'était pas stupide et il savait plus que quiconque que se mettre un potentiel chef d'équipe à dos était déconseillé, surtout s'il en venait à faire équipe avec elle.

- Et puis, tu ne m'as pas l'air si terrifiante qu'il n'y parait.

Dit-il en tournant sa tête vers la jeune femme avec un léger sourire.

- Bien entendu, j'ai un peu de méfiance vis-à-vis de toi, déjà que l'on se connait à peine. Mais certains de nos choix ne peuvent être critiqués par d'autre. Il y a des choses qui viennent naturellement, comme les sentiments et personne ne peut nous juger sur nos choix, du moment que cela ne fait pas de retomber sur les autres.

Il fixa alors Peleonor du regard, sans pour autant paraître irrespectueux et lui dit presque sèchement.

- Ai-je une raison de me méfier de toi, Rakel ?.

Le regard tourné vers la gauche, en direction de la jeune femme et les deux mains sur sa bière, il attendait impatiemment la réponse du Major. Cela n'aurait sans doute pas de grande importance entre la relation des deux personnes, ou du moins pas aujourd'hui, mais Chad voulait savoir s'il pouvait potentiellement servir de bouc émissaire ou autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Ven 18 Juin 2010 - 22:13

Décidément, c'était l'incompréhension totale entre l'Américain et moi à croire qu'ils n'utilisaient jamais d'image les bouffeurs de hot dogs. Tiens, je rêvais d'un bon hot dog, les français ne savaient pas en faire des corrects, oui mais nous nous avions les pâtisseries, c'était autre chose. Il fallait décidément que j'arrête de penser à la bouffe, on allait finit par le prendre pour une boulimique. Même si sans rire, j'étais déçue qu'il n'y ai pas une boulangerie correcte dans ce patelin. Poussant un petit soupire amusé, je tournais le regard vers Chad.

"Heureusement que tu comprends vite, tu as encore beaucoup à apprendre, mais oui c'est ça. Mais en même temps je te dirais la même chose pour tous les plats du genre, je ne suis pas une grande adepte de la gastronomie, trop guindé si tu veux mon avis, j'aime les choses simples."

Un bon big mac, un plat de nouilles, sincèrement, nul besoin de rentrer dans l'excès pour apprécier la vie, je ne me sentais pas à mon aise dans ces restaurants où la facture était un nombre à 3 chiffres pour une seule personne. Je trouvais même que ça avait un côté malsain de faire payer aussi chers de la nourriture alors que tant de gens mourraient faim, sans parler de l'idiotie de bouffer des saloperies comme des oeufs d'escargots, simplement parce que c'était à la mode. Ignoble ! D'ailleurs je n'avais jamais touché à un escargot de ma vie et encore moins une grenouille, je préférais de loin un bon steak bien saignant. Enfin il fallait que j'arrête de penser à la bouffe, il n'était pas l'heure, et j'évitais de grignoter dans la journée, de toute façon, une fois devant mon assiette au mess, l'envie aurait sans doute disparu, et pas seulement à cause du plat, avec un peu de chance, ça ne serait pas trop dégeu ce soir. Grimaçant et le plaignant intérieurement, lorsque Cj m'apprit qu'il n'avait pas de voiture, je ne pu m'empêcher de faire la curieuse :

"Pas de permis? Ou il te manque juste la bagnole? Tu peux toujours prendre une jeep de la base sinon, mais bonjour la discrétion."

Sincèrement, l'opinion des autres me passait au dessus de la tête, je m'en foutais, je me fichais qu'ils me haïssent, tant qu'ils savaient rester pro, je n'étais pas là pour me faire des amis, mais pour faire le boulot qui m'avait été donné, et puis, j'avais déjà suffisamment de personnes sur qui compter ici, dommage qu'elles n'étaient pas toujours disponible, Jill avec son époux, Adam à tourner autour des demoiselles, Micka à l'entrainement, Mathieu... Mouais ils avaient tous beaucoup de chose à faire, comme moi et nos disponibilités ne tombaient pas toujours au bon moment. Enfin ça me donnait l'occasion de faire la connaissance de nouvelle personne, ce n'était pas plus mal.

"Nul ne connait tout de tout le monde, heureusement, les gens n'ont pas besoin de tout savoir sur toi pour t'apprécier, ni même pour te détester d'ailleurs. Sans parler que ce n'est pas toujours simple de vivre 24/24h avec ses collègues, particulièrement dans un coin aussi pommé."

Pas si terrifiante, logique je n'étais pas au boulot, et Chad n'avait rien d'agressif, je n'avais nul besoin d'être sur mes gardes, il n'y avait rien de réellement physique dans cette crainte, elle venait surtout de mes attitudes et de mes réactions. Mettant mes mains en forme de griffes, je grognais à l'adresse de Chad :

"C'est parce que tu ne m'as jamais vu les soirs de pleine lune."

Je souriais amusée, à vrai dire ça ne faisait pas encore partit des bruits de couloirs à mon égard, mais qui sait, si ça continuait comme ça, ils finiraient par être persuadée qu'il y a une cage dans ma chambre.

"Même si ça retombe sur les autres, qui sont ils pour juger notre vie privée? Qu'il juge notre travail, notre dévouement, mais pas des choses que l'on ne contrôle pas nous même, ça serait idiot."

La question, de Chad me fit sourire, une raison de se méfier de moi? Mis à part que j'agissais le plus souvent à la manière d'une bête sauvage, que je serais capable de tuer n'importe qui pour protéger celui que j'aimais.

"Ca dépend surtout de toi. Tant que je ne te ressens pas comme une menace envers ceux que j'aime aucune ou contre mon pays, aucune. Si tu es sincère et honnête, dans se que tu dis, logiquement il n'y a aucun danger."

Avec un sourire, j'ajoutais :

"Mais faut toujours se méfier avec les bêtes sauvages, on ne sait jamais."

Je riais, doucement, tout en regardant toujours en direction du SGC, ne jetant qu'un petit coup d'oeil en direction de Chad.

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Sam 19 Juin 2010 - 16:49

Il apprenait vite, premier bon point, il est vrais que les 'ricains et les frenchy étaient à des lieux d'avoir la même façon de parler et C.J devait donner cet effort supplémentaire, où il serait vite largué. Rakel, elle, aimait les choses simples question nourriture, pas étonnant quand on sait que son père était loin d'être un chef en matière de gastronomie. Par conséquent, la jeune femme n'était donc probablement pas difficile pour la bouffe.

Les Américains, eux, mangeait simple au jour le jour. Enfin ce n'était pas vraiment conseillé entre coca et big-mac, qui les faisaits gonflés comme des ballons. Un bon paquet d'habitant de l'autre côté atlantique étaient d'ailleurs en sur-poids. Et Chad avec ses un mètre quatre-vingt-sept pour quatre-vingt-dix kilos ne faisait pas exception. Mais il est vrai qu'avec la bouffe du SGC, il ne tarderait pas à perdre du poids.

Puis quand Rakel appris que le "cookie" n'avait pas de voiture, elle demanda s'il lui manquait le permis ou seulement le véhicule, lui disant qu'il pouvait prendre une jeep de la base s'il lui manquait uniquement le moyen de transport. Mais comme elle le dit, Chad ne serais pas vraiment discret dans cette chose, lui qui préférait passé inaperçu.

- On ne m'a pas vraiment informé de la situation à mon arrivée, la personne chargée de moi était pressé. Je n'ai pas le permis français pour répondre à votre question et je ne sais pas si le permis du... "nouveau monde" est valable ici. Et d'après ce que j'ai entendu dire, sans ce bout de papier rose on ne peut circuler en véhicule, c'est bien sa ?.

Heureusement, une carte d'identité avait été presque aussitôt crée à l'arrivée de Chad. Ca lui éviterait d'être emmerdé par les flics, il avait déjà eu asse affaire à eux et à vrai dire, il les regardaits souvent de travers quand il les croisaits. Elle ajouta que vivre avec ses collègues toutes une journée n'était pas rose tous les jours, quand on côtoyait trop souvent les mêmes personnes, il est vrai que l'on finissait par se bouffé le nez, façon de parler. Puis Rakel se mit à faire un truc ressemblant à la caricature d'un loup, ou un truc du genre, en disant qu'il ne l'avait pas encore vue à la pleine lune. La encore, elle devait plaisanté, et Chad joua le jeu en basculant son buste légèrement en arrière en la regardant avec de gros yeux.

- Impressionnant...

Puis C.J se remit en position normal avec un sourire aux lèvres. Il espérait qu'en jouant le jeu avec la jeune femme ils augmentent encore un peu leur relation en dehors de la base. Elle ajouta que si même notre vie privée en venait à faire des retombés sur les autres, ses derniers n'avaient pas le droit de nous juger. C'est vrai, comme elle le disait, du moment que l'on faisait notre boulot, le reste ne comptait pas vraiment.

- Tu as raison. Je me fous un peu des rumeurs, tant que tu bosses.

Elle ajouta que Chad n'avait rien à craindre du Major tant qu'il ne s'en prenait pas à ses proches. Il ne restait plus qu'à savoir qui ils étaient, même si de toute manière il était amical avec tout le monde. Puis le soldat vida une bonne grosse moitié de sa bière en une gorgée avant de reprendre.

- Je ne connais que quelques personnes ici, moi. Enfin avec qui j'ai parlé plus ou moins longtemps. Bob Caretti, que tu connais et Micka' Strucker.

Chad, lui, sentait ses oreilles chauffées légèrement à force de boire l'alcool, ce qu'il ne tenait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Lun 21 Juin 2010 - 0:30

Je ne doutais pas de la faculté d'adaptation de Chad, après tout il était soldat, l'adaptation était donc primordiale, c'était un boulot bien différent de celui des personnes travaillant dans un bureau, pire encore, il travaillait au SGC, aussi si il n'avait pas été capable de s'adapter, il serait partit loin d'ici depuis longtemps. Ce boulot, c'était entre le rêve et le cauchemar, passant bien souvent de l'un à l'autre en quelques secondes, si l'on n'était prêt à supporter ça, on était prêt à supporter à peut prêt tout, y compris l'humour à la française. En tout cas, le pauvre militaire n'avait pas de voiture, j'en étais désolée pour lui et me demandait comment il avait pu survivre ici sans pouvoir s'évader de cet enfer où le seul bruit qui régnait, la plus part du temps, était celui des petits oiseaux. C'était sans doute le paradis pour les personnes aimant la campagne, mais ce n'était pas mon truc, j'aimais le bruit de la ville. Enfin heureusement on ne pouvait pas dire que la base était un lieu de paix et de silence, les alertes causées par des ouvertures non autorisée de la porte étaient régulière, sans parler des appels d'équipe pour X mission. En même temps, c'était sans doute une bonne chose, ça permettait de rompre le silence de mort qui régnait à cette profondeur sous terre.

"Tu dois pouvoir conduire en France avec ton permis américain, de toute façon, au pire tu peux passer ton permis avec l'armée, il faudrait que tu te renseigne à la mairie du bled, mais ça ne devrait pas être un problème si tu sais conduire une boite manuelle."

C'était presque une question, les américains préféraient de loin les automatiques, chose que j'avais du mal à concevoir, le plaisir de conduire se retrouvait dans les boites manuelles et le fait de pouvoir gérer la réactivité de la voiture, enfin les goûts de chacun n'étaient pas discutable, restait qu'à la base les jeeps étaient toutes sans exception des manuelles, question de budget sans doute, quoi que je doutais qu'il y ai réellement un choix possible pour des horreurs pareilles. Alors que j'imitais un animal sauvage quelconque, CJ se mit à reculer, comme si il venait soudainement d'avoir une révélation sur se qui faisait que beaucoup se méfiait de moi, se qui me tira un sourire, alors que je terminais mon verre d'eau posant d'un geste distrait un billet sur comptoirs pour régler mes consommations.

Par contre, j'eus un petit rictus lorsqu'il parlait des rumeurs, décidément, elles me précédaient de loin, heureusement que je me foutais particulièrement de ma réputation, je n'étais pas ici pour être aimée, et surtout que la relation que j'entretenais avec Mathieu ne concernait que lui et moi même. Finalement je me contentais de sourire de nouveau, un sourire beaucoup moins amicale que tout à l'heure, sans pour autant être menaçant.

"De toute façon qu'est ce qui te dit qu'il s'agit de rumeurs? Le problème c'est que personne au SGC ne sera fixé sur ça, mise à part moi et la deuxième personne concernée. Je mets un point d'honneur de ne pas répondre à ce genre de provocation qui ne regarde absolument personne. Et puis ils faut bien laisser des sujets de conversations aux collègues."

D'ailleurs, Matt lui même ne connaissait pas le fin mot de l'histoire et ne le connaîtrait jamais, c'était trop compliqué, et surtout ça ne le regardait pas. Pas plus que n'importe qui d'autre.

"Strucker est mon second, une personne douée. Et Caretti, si tu veux t'en servir de punching-ball, ne te gêne pas, cet idiot à provoqué une bagarre qu'il n'était pas en état de gagner."

Je jetais un coup d'oeil à ma montre, poussant un soupire.

"Va falloir que je retourne bosser, tu veux que je te dépose?"

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Mer 23 Juin 2010 - 16:52

Il est vrai que Chad n'avait pas pensé à passer son permis de conduire à la base, ce que l'armée acceptait de nous offrir en échange de nos services. Apparemment, les boites manuelles étaient tout ce qu'il y a de plus banale ici et à vrai dire Chad n'avait jamais acheté de bagnole. Enfin, il n'en avait pas conduit depuis qu'il avait passé son permis aux USA.

- Je n'ai que très peu conduit de véhicule à moteur. J'étais très souvent passager, j'ai donc sûrement perdu la main. Je ne suis donc pas habitué aux boites automatiques, ce qui est une bonne chose, je pense.

Suite à la caricature "monstrueuse" de Rakel, cette dernière fit un sourire qui en laissa échappé hein également des lèvres de Chad. Puis il la vit posé un billet sur le comptoir, aussi discrète qu'elle voulait l'être, on ne pouvait pas cacher ce genre de choses à l'ancien ganger. Sans doute avait-elle sorti ce billet pour régler ses consommations, dont la bière qui fut servie à Chad. Mais ce dernier n'était pas vraiment du genre à profiter de la générosité des autres et il sortit donc quelques pièces de ses poches, ce qui faisait un total de 4,30€, qu'il posa devant le barman.

- Pour... boire.

C.J fit alors un sourire plus ou moins forcé, il ne savait pas vraiment ce qu'il faisait. En tout cas, ce qui était certain, c'est qu'il venait de donner le peu d'argent liquide qu'il avait. A vrai dire, ce qu'il connaissait de la France était surtout le champagne, le vin et bien entendu les demoiselles, qui avait une on ne peut plus bonne réputation outre-Atlantique.

Rakel, elle, lui demanda s'il était sûr qu'il s'agissait uniquement de rumeur. D'un côté elle ne niait donc pas une certaine relation, avec une certaine personne. Elle l'informa que Strucker, son instructeur, était aussi le second du Major, ajoutant que c'était une personne douée. Chad ne l'avait pas vraiment côtoyé, il savait juste que l'Adjudant-Chef l'avait repoussé dans ses tranchés en lui faisait croire qu'il avait lamentablement foiré le teste. Et cette recrue, du nom de Caretti, servait apparemment de punching-ball. Intéressent...


Alors que Chad la regardait, pour lui montrer qu'il écoutait bel et bien ses dires, elle regarda sa montre avant de pousser un soupire et proposer au soldat de première classe de le déposer à la base. C.J n'aimait pas vraiment abusé de la générosité des gens, mais là, il ne valait mieux pas prendre le risque d'être en retard. Un blâme dans son dossier, déjà bien fournit, ferait tâche. Il fit alors un large sourire avant de répondre à son supérieur.

- Volontiers Ma... demoiselle.

Oups, encore un peu et il l'appellerait par son grade devant tout le monde, pas très discret. Chad se leva alors, comme s'il se sentait léger, maintenant débarrasser de ses 4,30€. Un pourboire asse élevé pour quelqu'un qui n'avait pas un rond en poche. Vivement que son salaire tombe, qu'il se fasse enfin plaisir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Jeu 24 Juin 2010 - 16:57

Pour moi, la voiture était une chose indispensable, déjà, je ne m'en passais pas lorsque j'habitais dans une grande ville avec tous les services à portés de main alors ici, c'était plus que vital, la preuve, je venais toujours ici en voiture, question de pratique, le temps libre était rare ici, perdre du temps n'était pas une bonne chose à faire, du moins de mon point de vue. Certes pour certains marcher serait un plaisir, mais ce n'était pas mon cas, je devais déjà faire assez de sport durant mon service pour ne pas en rajouter, surtout pas ce genre de sport là. Et surtout, depuis toujours, la conduite avait été un plaisir pour moi, surtout avec une voiture puissante.

"Oui c'est effectivement une bonne chose, trouver une automatique dans l'armée signifie que tu as piqué la caisse du général. Certaines de Jeep n'ont même pas la direction assistée c'est pour te dire. J'utilise toujours ma voiture, elle est bien plus puissante et plus discrète, enfin si on veut."

Effectivement, en quelque sorte elle était plus discrète, même si un cabriolet rouge ne passait pas réellement inaperçu dans un bled pareil, c'était loin des tracteurs ou des vieilles bagnoles des petits vieux qui vivaient ici. Chad donna un pourboire plutôt généreux au patron, sans doute parce que j'avais payé sa bière. Je comprenais le malaise qu'il pouvait vivre, j'avais moi même fait plusieurs séjour au USA et le mal du pays se faisait vite sentir, surtout face à des coutumes très différentes, bien que semblable dans l'ensemble.

Je laissais Chad réfléchir à mes paroles, je ne dévoilais absolument rien de ma vie privée, laissant toujours un doute planer, ça me permettait d'éviter que qui que se soit ne fourre son nez dans mes affaires. Et puis de toute façon, je me fichais pas mal de ma réputation, au contraire même, plus on me craignait, mieux c'était, ma réputation me précédait toujours, tout comme celle de SG3, mélange de crainte et d'un certains dégoût pour ceux qui ne voyaient pas plus loin de ce qu'on leur racontait, et tant mieux ça m'évitait de parler à des idiots, après tout je ne faisais pas de cadeaux à mes collègues, je préférais savoir à qui j'avais à faire pour ne pas avoir de mauvaises surprises en mission.

Finalement, je me levais, abandonnant ma place au bar sans jeter le moindre regard au patron, ni même aux autres, j'attendais la répondre du militaire avant de prendre la direction de la porte en silence, déverrouillant ma voiture et m'installant au volant. J'attendis que Chad mette sa ceinture avant de démarrer en faisant crisser les pneus, juste pour le plaisir d'en mettre pleins la vue des campagnards, mais par la suite, je pris soin de respecter les limitations.

"Tu reprends le taf là? Faut que je passe me changer, je prends mon tour de surveillance pour la porte, ya rien de plus ennuyant je crois."

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Sam 26 Juin 2010 - 1:07

Des bagnole affectée à la base sans direction assistée, l'ensemble des employés de la base roulant en manuel, le Major avait l'air d'en savoir beaucoup sur les bagnoles. Elle disait qu'elle préférait sa voiture, qui selon ses dires était plus puissante et plus ou moins discrète. Apparemment, l'ex bonhomme du ghetto aurait le droit à une virée sympathique, ce qui le fit sourire une nouvelle fois. A vrai dire, avec une telle description il s'attendait à voir une belle bagnole et il verra plus tard qu'il ne sera pas déçus.

Rakel finit par se lever avant de se diriger vers sa bagnole, suivi de près par Chad. Ce dernier était excité comme un gamin attendant son jouet, mais il avait en face de lui un beau grand joujou. La vue de l'engin le fit resté sur place, seulement une seconde, puis il regarda le ciel avec un large sourire. Le black était-il croyant ?. Pas vraiment. Sur le chant de bataille ce n'était pas le fait d'avoir la foi qui nous sauverais la vie, le gilet par balle était là pour ça. Mais en revanche, ce qui lui arrivait de bon il tentait de prendre cela comme un signe du seigneur. Il est bien connu les Africains en général sont très croyant.


Bref, à peine Chad était-il monté dans l'bordel sur quatre roues, il eu à peine le temps de mettre sa ceinture avant que Rakel ne fasse crisser les pneus, ce qui eu pour but de coller le soldat au fond de son siège. Non pas que la bagnole venait de le collé dans l'fauteuil par la force d'accélération, mais il fut surpris, il ne s'attendait pas à partir si vite. Il était également étonné de voir une femme faire cela, elles qui étaient la plupart du temps très responsable au volant et qui évitait ce genre de délire. Alors que la jeune femme venait de démarrer, elle se mit à respecter par la suite les limitations, ce qui fit rire légèrement C.J. Ce dernier mit ce temps à profit pour apprendre, voir quand Rakel s'arrêtait devant quel panneau et cela lui servirait plus tard, s'il voulait vraiment avoir une bagnole à lui. Dépendre des autres n'était pas vraiment son fort, déjà qu'il n'appréciait pas que lui paye des choses...

Le Major lui demanda alors s'il reprenait le boulot, ajoutant qu'elle devait passer prendre quelques fringues avant de reprendre son service, pour la garde de la porte. Chad leva légèrement son sourcil gauche, donc du côté du conducteur, en entendant cette remarque. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le ricain n'avait pas fait son tour de garde près de la porte. Il faut dire qu'il était resté que très peu de temps à Saint Faycelle, plusieurs mois l'ayant fait retourner dans son pays natal.


- Non, je profite de toi. Chad fit alors un nouveau sourire avant de reprendre son sourire et regarda presque aussitôt le Major. Enfin je veux dire je profite de votre sympathie pour ne pas arriver à la bourre où vous savez.


Il regarda à nouveau de lui, les yeux fixés sur la route, en espèrent que Rakel n'est pas compris quelque chose de travers. C.J avait appris à réfléchir avant de parler, mais quand il était à l'aise avec des gens, il perdait cette "faculté". Il l'avait donc vouvoyé, car il n'était plus trop à son aise. Déjà qu'il n'était pas à l'aise avec une femme généralement, s'était un véritable miracle qu'il était autant parlé au Major. Même Strucker n'avait pas passé autant de temps à parler avec lui et pourtant ils s'étaient vue à deux reprises. Mais seulement dans l'enceinte de la base, peut-être était-elle différente à l'extérieur, qui sait ?. Puis Chad reprit son sérieux en recommençant à la tutoyer.

- Tu t'es fait plaisir sur la bagnole, dit-moi. Dit-il en la regardant avec un sourire. C'est quel modèle et de quelle marque ?. Je n'ai pas regardé, pour dire vrai.

Il ne l'avait pas vu en arrivant au bistrot à vrai dire, il était beaucoup trop concentré à ce moment-là. Pensant à la fois au SGC et à sa famille qui était très loin d'ici et dont-il ne pouvait pas avoir de nouvelles. Enfin un bon paquet de mois avec eux suffisait amplement. Un bon nombre de soldat n'avait pas vu la leur depuis un bout de temps, C.J n'était donc pas à plaindre, loin de la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
Militaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 10675
Age : 28
Date d'inscription : 28/09/2008

Dossier du personnel
Equipe: SG3 leader
Grade / Niveau: Major / 489
Age du perso: 20 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Dim 27 Juin 2010 - 15:48

Alors que la plus part des femmes considérait les voitures comme de simple moyen de transport, j'avais toujours apprécié ces engins, sans doute l'un de mes rares points communs avec mon père, ça et l'armée. J'aimais les belles voitures puissantes, des goûts de luxe, heureusement que je savais me raisonner, sinon j'aurais sans doute fait des folies en me prenant une Ferrari, mais je ne pourrais malheureusement pas la conduire assez souvent à mon goût, aussi prendre un crédit pour ça c'était inutile, et moins j'avais à faire à ma banque, mieux je me portais, je me refusais de passer mon temps libre avec des employés de banque pompeux. Quittant finalement le bar du coin pommé qu'était Saint Faycelles, pour rejoindre ma voiture en compagnie de Chad. J'avais beau ronchonner sur l'inutilité du boulot qui m'attendait, ça ferait passer le temps, et je discuterais avec les hommes sous mes ordres, je n'avais rien de mieux à faire de toute façon. Que pourrais-je faire d'autre de toute façon? Discuter avec Matt qui me faisait la tronche? MickaËlla ? Jill qui avait déjà assez à faire avec son époux, ou pire, Mathieu qui avait bien mieux à foutre que me tenir compagnie.

M'installant au volant de ma voiture, je retrouvais cette agréable sensation habituelle, j'aimais conduire, l'un des rares trucs qui me calmait à part les douches froides et frapper les murs, mais au moins, ça c'était agréable. Démarrant rapidement, je vis CJ se retrouver coller au siège par surprise, se qui me fit sourire, mais ensuite, je ne poussais pas trop la voiture. Non pas que j'étais toujours parfaitement responsable sur les routes, mais plutôt parce que je me demandais si j'étais surveillée ou non, je n'avais pas la moindre envie de me faire taper sur les doigts pour une raison de plus quel qu'elle soit. Je ne prenais pas le temps de vérifier que je n'étais pas suivis, j'avais bien compris quel ces personnes étaient suffisamment discrètes pour ne pas être repérées. Sans parler que je ne tenais pas à inquiéter Chad, ni même à lui faire savoir ce genre de chose, ça ne le concernait en rien.

J'eus du mal à retenir un rire, effectivement, si il commençait à raconter partout qu'il profitait de moi, ça n'allait pas aller, heureusement, il se reprit, et j'étais d'une humeur plus que clémente, ça me tira un sourire plutôt que de m'énerver, d'ailleurs ses propres paroles semblaient l'avoir mis mal à l'aise étant donné qu'il venait de repasser au vouvoiment, c'était idiot, il en fallait plus que ça pour me mettre mal à l'aise, après tout il ne maîtrisait pas le français aussi bien que nous, se qui était parfaitement logique, sans oublier que je n'aurais jamais pu tenir une conversation pareil en anglais, aussi il était déjà assez méritant à mes yeux.

"Je pense qu'il faudrait mieux que tu évite de dire ça, ça peut porter à confusion, mais ne t'en fais pas, que je sois seule en voiture ou que tu sois là ça ne change pas grand chose. Et puis il vaut mieux que tu évite d'arriver en retard, on est pas mal surveillé en ce moment. Mieux vaut éviter le grabuge pour le bien de la base si tu veux mon avis."

Un nouveau sourire apparu sur mon visage alors que je ne quittais pas la route des yeux, je la connaissais par coeur, mais je n'aimais pas spécialement les routes de campagnes, et il n'y avait pas plus campagne que Saint Faycelles.

"Elle est sympa et pour le peu que je m'en sers, elle est suffisante. C'est une petite française, une peugeot un 307cc, même si sincèrement j'ai une préférence pour les italiennes et les allemandes. Peut être que je la changerais plus tard, mais franchement ça serait rageant d'avoir un bolide alors que je ne m'en sers quasiment que pour descendre au bled."

Au loin apparaissait déjà l'entrée de la base, et je sortis ma carte pour l'entrée même si ce n'était pas réellement nécessaire, tout le monde me connaissait déjà ici. Passant sans soucis les sécurités, je garais ma voiture à la place qui m'était réservée avant de sortir.

"Merci de ta compagnie, j'espère que l'on pourra se revoir."

_________________

Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chad Jackson
Militaire
Militaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 1473
Age : 26
Date d'inscription : 17/05/2009

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Caporal / 44
Age du perso: 29 ans

MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   Lun 28 Juin 2010 - 20:49

Rakel confirma que Chad devait faire plus attention à ses paroles, il s'en était bien rendu compte tout seul comme elle l'avait probablement constaté, mais le fait que le Major enfonce un peu plus le clou eu pour effet de le rendre légèrement moins à son aise au côté de la militaire. Elle ajouta qu'il valait mieux évité d'arriver en retard à la base, lui apprenant qu'ils étaient surveillés en ce moment. Elle voulait probablement parler des hommes et femmes du SGC, il était donc préférable de rester naturel. Le meilleur moyen d'attirer l'attention sur nous était d'être méfiant justement, comme observer si aucune voiture ne nous suivait, par exemple.

- Affirmatif. Je n'étais pas au courant, mais merci de me l'apprendre, Rakel.

Dit-il avec le sourire. La bagnole française du nom de 307cc était suffisante et sympa d'après les dires de Rakel. En tout cas on peut dire qu'elle est belle, la voiture. Quoi que la conductrice n'est pas mal aussi, bref. Le Major parlait tout à l'heure des jeeps de la base qui ne passaient pas inaperçus, mais la Peugeot n'était pas mal de son côté la égalements. Un design asse "tape à l'oeil" et son démarrage de tout à l'heure avait sûrement forcé les campagnards a regardé l'enfin. Rakel avoua cependant qu'elle préférait les italiennes et les allemandes. Bien entendu c'est le cas de tout le monde, mais il faut y mettre le prix. Même si la 307cc ne semble pas donné, il n'y a aucun intérêt à rouler en Ferrari Enzo ou en Mercedes Benz dans la cambrousse et la jeune femme l'avait bien compris, apparemment.

Puis les deux militaires aperçurent l'entrée de la base qui se dessinait au loin, tous deux sortirent alors leur carte, montrant qu'ils appartenaient bien SGC. Bien entendu, le Major se fit salué par les soldats en garnison avant de lui ouvrir passé et que Rakel ne se gare. Puis les deux membres du SGC sortirent de la voiture. Apparemment, elle avait apprécié sa compagnie et tant mieux, c'était un peu le but.


- Moi de même, Major.

C.J fit alors un salut, se rattrapant sur ce dernier, passant de celui des Américains à celui des Français. Encore un petit effort à faire là-dessus, car il ne servait plus les Etats-Unis maintenant. En y réfléchissant, il ne serait pas étonnant que certaines personnes se soient intéréssé à lui, il n'est même pas français à la base et pourrait donc servir d'espion pour une puissance étrangère. Bien entendu il n'en était rien, Chad était une personne fidèle à ses principes et la trahison n'en faisait pas parti. Puis Chad se dirigea vers une porte, donnant directement sur les couloirs et donc les ascenseurs au bout de ses derniers. Bien entendu, il garda la porte ouverte en se collant au mur pour que le Major passe à son tour, gentleman qu'il était.

(Hrp: J'voulais dire une connerie xD.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quartier libre [Pv: Rakel Peleonor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Extérieur du SGC :: Alentours du SGC :: Village de St Faycelles-